En pratique, il n'y a plus de théorie ...[asphalte]
Accueil > Pratique > Musique > Décadence
Décadence 16 août 2003  

Thématique

Décadence tente de présenter, conjointement au spectacle éponyme, une interprétation du chaos physique et moral que connaissent nos sociétés occidentales.

Genre

Décadence est le reflet de la bande sonore d’accompagnement du spectacle Décadence.

Réalisation du spectacle

- Grégory DAVID
- Sandra GUILLEN
- David GAGNEROT ’aka’ darik

Playlist

Presse

Trois étudiants mettent la décadence en images

Environ un an après leur dernier spectacle, réalisé en plein air aux abords de la mairie du Puy-en-Velay, Sandra GUILLEN, Grégory DAVID et David Gagnerot ont remis ça samedi soir dans la cave d’un restaurant de la haute ville. La décadence sous toutes ses formes était le thème de leur prestation étonnante.

La trentaine de curieux présents samedi soir aux alentours de 20 heures à l’exposition et au spectacle multimédia, proposés par trois élèves de l’IUT informatique du Puy-en-Velay, ne sont certainement pas restés indifférents au spectacle proposé dans la cave d’un restaurant de la haute ville.

Tout d’abord, les trois complices ont invité leurs spectateurs à flâner un temps au sous-sol du restaurant pour regarder les toiles et la réalisation de Sandra Guillen, reflets de sa vision de la décadence, le thème et le titre du spectacle de cette soirée.

Les tableaux et les dessins représentaient les multiples facettes de la destruction de soi, de l’environnement et de l’humanité. On pouvait y voir représentée, par exemple, la mer d’avant puis celle d’après les essais nucléaires ou autre pollutions. L’artiste donnait aussi sa version du pétrole et de la terre morte. Sa maquette montrait l’évolution de l’homme à trois étapes successives sous forme d’un tuyau métallique qui se courbait de plus en plus. La troisième image était également jonchée de détritus confirmant l’atmosphère glauque que l’on ressentait dès le départ.

Une fois les spectateurs confortablement installés, la partie principale du spectacle a débuté et le public a eu droit à un déballage ininterrompu pendant plus d’une heure de musique, de sons, d’images et de peintures sur le thème de la décadence abordé de toutes les façons possibles et imaginables.

JPEG - 19.3 ko

La destruction de soi

Pendant que Grégory s’occupait du son et des images et que Sandra immortalisait ce moment à l’aide de son appareil photo, leur acolyte David Gagnerot lui s’est livré tout au long du spectacle à une incroyable performance au cours de laquelle il a imaginé puis peint une toile "en s’inspirant de la musique et de ses pensées du moment" toujours sur le même thème de la dégénérescence. Le résultat final fut pour le moins étonnant.

Les trois jeunes étudiants tout en s’adonnant à leur passion commune pour l’art numérique et celui de la transmission sonore se sont également servis de ce spectacle, auquel ils pensent depuis le mois de janvier, pour que tout le monde prenne conscience de la décadence grandissante qui s’installe peu à peu dans la vie de tout les jours. Tout en précisant cependant que ce penchant n’est pas irrémédiable car si tout le monde y met du sien cette tendance peut être inversée.

Pour illustrer ces propos, les trois artistes ont fait passer devant les yeux de leur public un montage intitulé "le corps devenu viande" à partir d’images toutes importées d’Internet. A la fin de ce spectacle de nombreuses personnes ont avoué que cette partie du spectacle était celle qui les avait le plus impressionné.

Les trois membres de cette bande de passionnés du multimédia vont ouvrir un site Internet sur leur travaux dès le 1er septembre : http://decadence.groolot.net/

La Tribune, Mardi 19 Août 2003.

Vos droits et devoirs

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.


Galerie d'images


Documents associés à télécharger


Graph. : Sandra GUILLEN
Contacts : Grégory DAVID